Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

MAEVIE

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>

INTERVIEW

Dr. Laurent Alexandre: «Le cancer sera une maladie chronique maîtrisée en 2030»

Mis à jour le 22/10/14 à 19h23

Source: m.20minutes.fr

Chirurgien et spécialiste du décodage du génome, il entrevoit le début d’une révolution médicale à travers la cancérologie…

Dans les années à venir, il faudra sûrement intégrer un module «Big Data» à la formation des étudiants en médecine. En cancérologie, ce serait même indispensable selon Laurent Alexandre, chirurgien urologue, fondateur de Doctissimo et DNAVision, une société de séquençage ADN. La puissance informatique pourrait permettre à la médecine de maîtriser le cancer à l'horizon 2030. Une idée qu'il développe dans son dernier livre, La défaite du cancer, paru aux éditions JC Lattès.

Vous parlez d’une défaite du cancer d’ici à 2030. Est-ce que cela signifie «en guérir»?

Non, cela signifie qu’il sera mis sous contrôle comme le sida aujourd’hui. Ce sera une maladie chronique. L’espérance de vie des gens atteints est la même que ceux qui ne le sont pas, moins deux ans. C’est une maladie désagréable avec des traitements lourds, mais on ne meurt plus. Le cancer va devenir une maladie de même nature.

Pourquoi cette échéance de 2030?

Parce que c’est le moment où l’analyse génétique des tumeurs et les nouveaux types de thérapies fonctionneront à plein. On aura des traitements personnalisés en fonction des caractéristiques génétiques des tumeurs. Et il y aura des dépistages très précoces, en séquençant le sang des gens pour repérer la présence d’une tumeur des années avant qu’elle soit visible au scanner.

Vous dites que les héros du cancer seront plutôt des informaticiens que des médecins. Quel sera l’apport du big data?

Ce sont les nanotechnologies et l’augmentation de la puissance informatique qui vont permettre de faire reculer le cancer de façon significative dans les quinze années à venir. Il faut analyser 20.000 milliards d’informations pour analyser les caractéristiques génétiques d’une tumeur. Il faudra traiter chaque cancer avec une thérapie sur-mesure. C’est maintenant permis par l’explosion des capacités informatiques. Pour comprendre l’ennemi, il faut connaître ses faiblesses, ses caractéristiques. Le Big data sera la principale arme contre le cancer.

Fragment d'ADN

Fragment d'ADN

Les médecins pourraient donc disparaître?

Ça pose un grand problème. Effectivement, ce volume énorme de données ne peut plus être traité par un cerveau humain. Il faut des ordinateurs des systèmes experts, des algorithmes. Cela suppose que les médecins se forment à ces techniques qu’ils ne comprennent pas aujourd’hui. C’est un changement important dans la façon de travailler. La cancérologie est finalement le début de la révolution de l’exercice médical.

Comme être sûr que la nature ne prendra pas le dessus une fois de plus? Le génome des cellules cancéreuses s’adapte, mute…

Des mutations du cancer, il y en a plein. Il y a des résistances en permanence dans le cancer. C’est pour cela que c’est extrêmement compliqué, que les ordinateurs doivent être puissants. Cette résistance génère cette complexité très importante de la biologie du cancer. C’est le point central.

D’ici à 2020, chaque cancéreux bénéficiera d’un séquençage de sa tumeur. Comment le financer?

Le premier séquençage ADN a coûté 3 milliards de dollars. Là, on a passé la barre des 1.000 dollars par séquençage. 1.000 dollars, ce n’est rien par rapport à une cure de chimiothérapie sur une année qui coûte des dizaines de milliers de dollars. C’est comme le prix du siège bébé par rapport au prix de la voiture.

On est forcé de préciser que vous êtes patron de DNAVision. N’y a-t-il pas un conflit d’intérêts?

Il n’y a aucun conflit d’intérêts commercial dans ce que je dis car je ne fais jamais de séquençage ADN de particuliers. Je suis formellement opposé au séquençage ADN des gens sans passer par leur médecin. Le génome est trop compliqué à interpréter. Il y a des risques de confusion. Quelqu’un qui n’est pas généticien, informaticien ne peut pas comprendre les milliards d’informations qu’il y a dans un génome.

Romain Scotto

Voir les commentaires

Published by Martine - - Recherche

La cure Breuss

La plupart d'entre vous a déjà entendu parler de la cure mise au point au siècle dernier, à partir d'un grimoire du Moyen Âge, par un thérapeute autrichien, Rudolf Breuss. Cette cure, présentée comme une "cure anti-cancer" a provoqué de nombreuses polémiques, et il faut bien reconnaître que, dans ce domaine, on obtient grâce à ce protocole des résultats étonnants. J’ai personnellement rencontré des personnes qui se sont guéries de leur cancer par cette méthode. Certaines sont revenues d’un stade très avancé et leur guérison a été totale et durable... Depuis que la cure Breuss a été mise au point, des milliers de témoignages de guérison ont été enregistrés dans le monde entier, sans que cela n'intéresse la faculté, semble-t-il ! Mais en se focalisant sur le cancer, on a occulté le principal : la cure Breuss est une cure de santé qui rétablit la plupart des fonctions métaboliques et permet de guérir ou d'améliorer un nombre impressionnant de maladies.

Jusqu'ici, la cure Breuss, pourtant simple, était toutefois difficile à mettre en oeuvre car elle nécessite la consommation d'une importante quantité de jus frais qui, vendus en boutique bio, finissaient par coûter très cher. Mais aujourd'hui, le succès rencontré par les défenseurs du crudivorisme et, surtout, la démocratisation des extracteurs de jus (qui se vendent maintenant aux alentours de 300 euros), rend la cure accessible à n'importe qui. Il faut ajouter que, lorsque les beaux jours arrivent, il est plus facile de se plier à la cure car on est plus enclin à boire des jus toute la journée.

Alors, pourquoi ne pas l'employer en tant que cure régénérante qui permettra de perdre du poids, de décrasser l'organisme, de l'approvisionner en minéraux et de lui donner un élan difficile à décrire, mais dont tous ceux qui ont essayé la cure disent qu'ils n'avaient jamais connu cela avant.

Quels ingrédients me faut-il et combien de temps ?

En ce qui concerne le traitement du cancer, cette cure doit durer 42 jours précisément. Mais rien n'empêche de l'adapter à votre cas personnel et d'en réduire, si vous le souhaitez, sa durée. Il est toutefois recommandé de faire la cure pendant au moins trois semaines si l'on veut obtenir un effet sensible.

Comme vous l'avez compris, cette cure repose sur la consommation exclusive de jus de légumes. Et quand je dis jus, c'est jus ! Cela signifie qu'il ne faut pas absorber la pulpe.

La quantité à absorber par jour varie entre 1/4 de litre et 1 litre.
Il faut retenir que, pendant cette période, moins on boit en dehors de la cure, mieux cela vaut. Quant aux légumes, il ne s’agit pas de n’importe quels légumes, et il faudra obligatoirement choisir des légumes bio.

Voici donc la composition précise mise au point par Rudolf Breuss.

La cure Breuss


Mélange de jus (à consommer quotidiennement)
Avec un extracteur, fabriquer à la demande un mélange de jus à partir des proportions suivantes de légumes frais :

  • 300 g de betteraves rouges,
  • 100 g de carottes,
  • 100 g de céleri (racine),
  • 30 g de radis noir,
  • 1 pomme de terre avec pelure de la taille d’un oeuf de poule (facultatif).

Nota :
En cas de cancer du foie, la pomme de terre est nécessaire.
Voici une autre méthode : cuire une poignée de pelures de pomme de terre (bio) dans l’équivalent de deux tasses d’eau pendant 3 minutes.
Boire une tasse par jour de la décoction.

Quel est le fondement théorique de la cure Breuss ?

L'hypothèse de Rudolf Breuss (confirmée depuis par de nombreux scientifiques) est que le développement du fait cancéreux est alimenté par les protéines. La suppression de l’alimentation quotidienne en protéines provoque un choc dans l’organisme qui ne peut vivre sans cet élément. Le sang, amateur de protéines, se met alors à ronger dans le corps tout ce qui superflu, végétations, rassemblements de matières et tumeurs.
C’est une opération sans scalpel à laquelle le jus rouge procède lui-même, une fois finement d
osé.

Il est à supposer que ces considérations, pour judicieuses qu’elles soient, ne sont que la partie visible de l’iceberg. Est-il besoin de tout expliquer pour pouvoir constater les résultats positifs, étonnants et souvent inespérés ? Il est, par ailleurs, important de signaler la nécessité d’un bon fonctionnement des selles et des urines car les produits d’excrétion stagnants pourraient provoquer des empoisonnements (voir le chapitre sur les tisanes complémentaires).

Ne perdez surtout jamais de vue que le cancer se nourrit des aliments solides qui sont porteurs de protéines. D’où la nécessité d’une nourriture exclusive de jus dont la lie a été filtrée.

Mode opératoire de la cure

La cure Breuss
  • Pendant les 3 jours qui précèdent la cure
    Il convient de commencer à consommer entre les repas le mélange de jus à raison de 1/4 de litre par jour, ceci afin d’habituer l’organisme à ce nouvel aliment.
  • Durant la cure de 42 jours
    S’en tenir strictement au mélange de jus que l’on consommera de préférence à la cuillère en le gardant un peu dans la bouche avant de l’avaler. Il a été démontré, par l’expérience, que 1/4 de litre par jour suffit pour vivre.

À savoir qu’il ne faut jamais dépasser un litre du mélange de jus par jour. On peut y ajouter, si l’on veut, une gorgée de jus de choucroute crue de temps en temps.

Pendant cette période, on peut maigrir de 5 à 15 kg, mais ceci n’empêche pas de se sentir bien et plein d’énergie.

Près de 20 000 personnes ont fait cette cure pendant 42 jours sans rien manger à côté. Elles ont tenu le coup et ont retrouvé la santé, sans rechute ultérieure. Eventuellement, on pourrait également boire un peu de jus de citron, mais jamais de jus de pomme ! On peut boire du jus de pomme frais seul entre-temps, mais jamais mélangé avec les autres jus.

Pendant la cure, il est recommandé de ne plus prendre aucun médicament, ni de faire aucune piqûre, ni de fumer, ce qui risquerait de nuire au grand nettoyage interne de l’organisme alors que celui-ci est en train de reprendre en main ses métabolismes vitaux d’auto-défense.

Enfin, il est indispensable de faire disparaître de la maison : naphtaline, camphre, DDT, sprays insecticides, épurateurs d’air pour WC et tous produits chimiques agressifs et douteux. En revanche, faites brûler de l’encens pour nettoyer la maison.

  • Après la cure
    Se réalimenter progressivement avec des aliments légers (pas de gluten et pas de lait si possible, plutôt des légumes, du quinoa, du riz...). Il est recommandé aussi de ne pas arrêter tout de suite le mélange de jus et de continuer à en consommer 1/2 litre par jour avant les repas.

42 jours sans manger, je vais mourir !

Il n'y a aucune inquiétude à avoir dans ce domaine, mais pour ceux qui ont peur de manquer, Rudolf Breuss a inventé une "demi-cure". Cette appellation de Rudolf Breuss s’applique à ceux qui pensent ne pas pouvoir supporter le régime strict, ou bien parce que les personnes sont déjà trop affaiblies. Ceux-là pourront prendre chaque jour en plus du mélange de jus :

  • Soit une tasse de crème d’avoine (flocons cuits et mixés),
  • Soit une soupe de pâtes à l’oignon selon la recette suivante :
    - Faire revenir un oignon avec la pelure dans de l’huile,
    - Verser une tasse d’eau chaude,
    - Laisser cuire 1/4 d’heure,
    - Ajoutez les pâtes (peu).

La guérison est moins immédiate avec la demi-cure, mais elle peut-être plus adaptée à une cure de décrassage.

S'il ne s'agit pas de lutter contre un cancer avéré, vous pouvez aussi opter pour la cure pure et dure et en réduire la durée.

Les trois compléments à la cure

Indispensable : la tisane rénale

Un complément indispensable pendant les trois premières semaines (21 jours) est l'absorption quotidienne d'une tisane rénale.
Lorsque l’on applique tout ce qui est conseillé ici à la lettre, on perd peu de poids. La clé de voûte réside dans l’infusion rénale que l’on prend à raison de 1/2 tasse froide matin, midi et soir, ou mieux encore, si l’on prend deux cuillères à soupe toutes les heures.

Il faut :

  • 6 g de prêle,
  • 5 g d’ortie du mois de mai (de préférence),
  • 3 g de renouée,
  • 2 g de millepertuis.

Préparation de la tisane de Breuss
(pour 1 journée)

  • Jeter la valeur d’une petite tasse du mélange de plantes (16 g) dans l’équivalent d’une tasse d’eau chaude et laisser infuser pendant 10 minutes.
  • Récupérer le résidu d’infusion et mettre de côté le liquide infusé. Ajouter au résidu l’équivalent de 3 tasses d’eau.
  • Faire bouillir 10 minutes de telle sorte qu’un tiers s’évapore. Filtrer, mélanger cette décoction à l’infusion (ceci permet d’extraire une seconde famille de principes actifs sans détruire les premiers).

Attention : il ne faut pas dépasser les 3 semaines d’utilisation de cette tisane rénale, sinon les reins risqueraient de ne plus travailler que sous l’impulsion de la tisane. En revanche, il faut poursuivre la cure centrale.

Vous aurez peut-être des difficultés à obtenir les ingrédients de la tisane. Vous pouvez commander un mélange prêt à l'emploi chez Source Claire en suivant ce lien

En option : tisane à la sauge

Un médecin romain écrivit : « Pourquoi mourir puisqu’il y a de la sauge dans le jardin ? »
Il faut toujours boire une tasse de décoction de sauge par jour, chaude ou froide, même quand on se porte bien, et à plus forte raison pendant la cure. Faire bouillir une pincée par tasse pendant exactement 3 minutes.

Et encore : tisane de géranium

Le géranium contient des oligo-éléments de radium. C’est une radiothérapie douce. Cette tisane ferme la trilogie avec la sauge et la tisane rénale.
Une pincée de feuilles par tasse infusée 10 minutes. Boire une tasse par jour.

Des tisanes spécifiques supplémentaires

  • en cas de cancer du poumon : infusions de fenouil des Alpes.
  • en cas de cancer de l’utérus : infusions d’alchemille.

Protocole pour la cure + les tisanes complémentaires :
Durant les 3 premières semaines de la cure :
– au lever : 1/2 tasse de tisane rénale puis toutes les heures, alterner jus de légume (entre 35 et 125 ml selon les besoins) et décoction de sauge (1 cuillère à soupe).
– à midi et au coucher : 1/2 tasse de tisane rénale.
– à 17 heures : 1 tasse de géranium.

Après 3 semaines, supprimer la tisane rénale.

La cure de jus de Rudolf Breuss est-elle réservée au cancer ?

Absolument pas, comme je vous l'ai dit – et des milliers de personnes ont suivi cette cure dans le seul but d’améliorer leur santé et d’accroître leur vitalité.

Par ailleurs, la cure de jus de légumes peut être bénéfique dans de nombreuses maladies.

La cure Breuss va ronger toute formation indésirable
ou peu structurée (kystes, tissus superflus).

C’est une excellente cure d’amaigrissement qui peut s’effectuer sans souffrir de la faim, et sans effet nocif.

Pour l’arthrite, c’est spectaculaire. La méthode a, en outre, été testée par l’Institut de thérapies physiques de Amriswil en Suisse.

Pour la leucémie, même traitement : d’après Rudolf Breuss, la leucémie est une maladie de décomposition du sang s’effectuant au niveau de la veine porte. Cette maladie prend sa source dans une dépression morale plus ou moins consciente. Le traitement est plus simple que dans le cancer. Il suffit de consommer 1/4 de litre de jus mélangé par jour, réparti en apéritif avant les 3 repas principaux. Ceci pendant 42 jours.

L’énergie revient souvent au bout de six jours

En général, les premiers effets de la cure apparaissent au bout de six jours. Si vous ne cherchez pas à vous débarrasser du cancer, consolidez les premiers effets pendant au moins une semaine. Après, c'est une question de courage et de détermination.

Source:

Perso: toujours s'intéresser aux arguments des détracteurs d'une thérapie.

Voici par exemple un autre lien:

Plus de détails pour les adeptes:

La cure Breuss

Voir les commentaires

Published by Martine - - Médication Naturelle

  • La molécule ATIP3, découverte dans le laboratoire du Dr Clara Nahmias, est un nouveau marqueur moléculaire qui distingue une catégorie de tumeurs du sein particulièrement agressives (appelées triple négatives) pour lesquelles les chimiothérapies sont lourdes et parfois peu efficaces. L’équipe a découvert que la molécule ATIP3 était perdue dans ces tumeurs dites triple négatives. De façon intéressante, il a été montré au laboratoire que le fait de ré-introduire ATIP3 dans les cellules cancéreuses permettait de réduire très fortement la croissance des tumeurs et la formation de métastases. ATIP3 se comporte donc comme une molécule anti-cancer. Le projet de l’équipe consiste à présent à définir quelle est la partie active de la molécule ATIP3 permettant de réduire la formation des tumeurs et des métastases cancéreuses. Leur objectif est d’utiliser ATIP3 ou son domaine actif pour mettre au point de nouveaux traitements personnalisés contre les formes agressives du cancer du sein. Avec à terme le développement de nouveaux médicaments.

Source:

V. ATIP3, une nouvelle molécule anti-métastatique

La survenue de métastases du cancer du sein représente une cause majeure de décès liés à ce cancer. L’identification de nouveaux marqueurs moléculaires, capables de prédire l’évolution métastatique d’une tumeur, est primordiale pour le suivi des patientes et le choix des options thérapeutiques.

Les études réalisées dans notre laboratoire, en collaboration avec l’Institut Curie (Paris) et l’IGR (Villejuif) ont montré que la protéine ATIP3 est un marqueur pronostic de la survie des patientes atteintes d’un cancer du sein. En particulier, un niveau faible d’ATIP3 dans les tumeurs est associé à un risque élevé de métastases et une espérance de vie diminuée.

Notre étude montre pour la première fois qu’ATIP3 est une nouvelle molécule anti-métastatique. L’expression d’ATIP3 dans les cellules cancéreuses freine la progression métastatique, et réduit le nombre et la taille des métastases dans un modèle expérimental chez la souris. Les cellules exprimant ATIP3 ont une mobilité réduite, elles sont moins aptes à envahir les tissus et à traverser les vaisseaux sanguins pour coloniser un organe secondaire. Au niveau moléculaire, ATIP3 réduit la dynamique du cytosquelette de microtubules avec pour conséquence une diminution de la migration des cellules cancéreuses, étape essentielle de la progression métastatique.

Ces données constituent une avancée majeure vers l’identification d’une population de patientes à haut risque, devant faire l’objet d’un suivi particulier, et qui pourraient bénéficier de nouveaux axes thérapeutiques anti-métastatiques ciblant la protéine ATIP3.

Source:

Voir les commentaires

Published by Martine - - Recherche

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>
Haut

MAEVIE

MAEVIE ou Martine A l' Ecole de la VIE. Ce blog s'adresse aux personnes ayant ou ayant eu un cancer. Je me suis dit qu'il serait dommage de ne pas partager toutes ces infos que j'ai pu recueillir dans le but de mettre toutes les chances de mon côté pour guérir. Ces infos peuvent être utiles aux malades mais aussi pour éviter les récidives, à titre préventif, ou tout simplement pour une meilleure qualité de vie physique et mentale. Je ne dis pas que ces articles sont la vérité: chacun se fera sa propre idée.

Hébergé par Overblog