Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

MAEVIE

<< < 10 20 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 > >>

Depuis une quinzaine d’années, on entend de plus en plus souvent parler de la cohérence cardiaque, dont les bienfaits ont été prouvés par plusieurs études scientifiques très sérieuses. Cette méthode de contrôle des rythmes cardiaques a été découverte par des chercheurs américains, puis rendue largement publique par le Dr David Servan-Schreiber, le même qui a lancé la « mode» des oméga-3 et a averti le grand public des potentiels dangers sur les neurones du téléphone cellulaire.

Depuis, de nombreux physiciens partout dans le monde préconisent la pratique de cette forme facile de relaxation dont les bienfaits semblent prometteurs. Mais en quoi consiste exactement la cohérence cardiaque? Tâchons d’y voir un peu plus clair…

Cohérence cardiaque

Qu’est-ce que c’est?

On sait tous que notre cerveau a une influence directe sur notre cœur : la preuve, c’est qu’il se met à battre de plus en plus vite lorsque nous vivons une émotion forte (positive ou négative), lorsque nous avons peur, lorsque nous sommes en colère ou particulièrement enthousiastes.
Par contre, peu d’entre nous se doutent que l’inverse est aussi vrai : la vitesse des battements de notre cœur a aussi une influence sur notre cerveau et lorsqu’on arrive à la modifier, elle peut influencer grandement nos émotions.
Si nous prenons notre pouls à la main, nous avons une idée approximative de sa vitesse, mais lorsqu’on analyse la fréquence cardiaque avec un capteur, on peut se rendre compte que notre cœur ralentit et accélère en permanence. La cohérence cardiaque est donc une manière de régulariser la vitesse des battements de notre cœur. Et en parvenant à accorder notre cœur et notre cerveau, les chercheurs affirment que de nombreux bienfaits apparaissent.

Comment on fait?

Mais comment est-il possible d’avoir une influence sur notre vitesse cardiaque, de la rendre régulière? La réponse est simple : avec notre respiration. En effet, les chercheurs ont découvert que la vitesse de notre respiration est directement liée à celle de nos battements cardiaques.

Il semblerait que le nombre moyen de respirations complètes qui est lié aux émotions positives et au bien-être se situe entre 5 et 7 par minute, selon les personnes. Par « respirations complètes », nous voulons dire une inspiration longue et profonde et une expiration totale : le cycle est d’environ 10 secondes en tout (5 secondes d’inspiration, 5 secondes d’expiration.)

Ainsi, pour pratiquer la cohérence cardiaque de manière efficace, il faut parvenir à modifier notre respiration pendant aussi peu que 5 minutes par période, 3 fois par jour. De nombreux fichiers vidéos et audios sont disponibles sur le net pour vous aider à atteindre la bonne vitesse de respiration (voir plus bas), mais après quelques jours il semblerait que celle-ci devienne instinctive et qu’il soit possible de se mettre soi-même, quand on le souhaite, en situation de cohérence cardiaque.

Pourquoi ça fonctionne?

Lorsque nous pensons à des choses positives, lorsque nous voyons des paysages qui nous touchent ou écoutons une chanson, lorsque nous nous rappelons des beaux moments de notre vie, notre cœur et notre cerveau fonctionnent en parfaite cohérence. Dans les cas contraires, c'est-à-dire lorsque les émotions négatives prennent le dessus, le cerveau et le cœur ne sont pas accordés et les courbes qui sont relevées par les capteurs enregistrent un chaos total : il n’y a aucune régularité.
Pourtant, la régularité respiratoire (et donc cardiaque) permet à toutes les fonctions vitales de notre corps d’être en harmonie : libération des hormones, tension artérielle, digestion, gestion du stress, système immunitaire, etc.

Quels sont les effets?

Lorsque nous parvenons à contrôler et régulariser nos battements cardiaques, toutes nos fonctions biologiques vitales s’harmonisent et les effets d’aussi peu que 5 minutes durent plusieurs heures. Ces conséquences de la pratique de la cohérence cardiaque sont multiples :

  • Sensation immédiate de bien-être et de calme
  • Augmentation de l’efficacité du système immunitaire
  • Augmentation de l’attention et de la concentration
  • Diminution de la douleur
  • Diminution de la réactivité émotive
  • Diminution des troubles du sommeil et de l’anxiété
  • Meilleure gestion du stress
  • Perte de poids
  • Harmonisation des différents systèmes du corps (respiratoire, immunitaire, cardiaque et digestif)
  • Augmentation dans des proportions très importantes du taux de DHEA (hormone de la jeunesse), qui peut aider à ralentir le vieillissement.
  • Baisse de la tension artérielle chez les hypertendus

Voir les commentaires

Published by Martine - - Bien-être

Perso: C'est à la lecture de cet article de Michel Dogna que j'ai commencé à m'intéresser à la bromélaïne. Je prends ce qu'il préconise: Bromélaïne + lapacho + vit C liposomale. Après trois mois, les résultats de mes examens sont bons mais est-ce grâce à mon traitement classique, à cette médication naturelle, aux deux?

LA BROMÉLAÏNE POUR DISSOUDRE LES TUMEURS

Depuis longtemps, je connaissais l’existence de la bromélaïne (une enzyme active couramment nommée bromélase) que l’on tire de la tige d’ananas, au même titre que la papaïne de papaye, signalées toutes deux en particulier par le Dr Levy dans sa panoplie d’adjuvants anti-cancéreux. Bref, un remède parmi tant d’autres.

Il y a une dizaine d’années, un ami médecin et (bon) cancérologue, le Dr L.G. - dont je ne dévoile pas le nom ici vu les ennuis qu’il a déjà essuyés (comme tous les bons) - et à qui je parlais du Carzodélan scandaleusement supprimé depuis, me dit : « pourquoi t’embêtes-tu avec ces piqûres qui coûtent cher (non remboursées) alors qu’il existe l’Extranase en pharmacie, qui coûte " trois francs-six sous" ? ».

Derechef, je me mis en devoir de signaler l’Extranase dans le journal qui s'appelle aujourd'hui "Principes de Santé". Hélas, le seul retour que j’ai eu, a été une lettre d’une abonnée pas contente car allergique à l’ananas : elle avait eu des réactions très désagréables. Je finis par conclure que c’était une piste minée et j’ai laissé tomber.

L'expérience déterminante de Monsieur Pierre

Le temps passa, et un jour, je reçus un coup de téléphone d’un certain Monsieur Pierre L. de Bretagne qui me dit : « Monsieur Dogna, grâce à vous, je fais de véritables miracles », (étonnement)… il poursuit :
« Il y a un an, je suis tombé sur un de vos articles qui parlait de l’Extranase et voilà ce qui est arrivé : Christelle une petite cousine est venue passer quelques jours chez nous. Elle avait un gros chagrin car sa petite chatte allait être opérée de 2 tumeurs cancéreuses, une moyenne et une très grosse. Je lui dis d’appeler sa maman, de lui demander d’acheter une boîte d’Extranase à la pharmacie, ainsi que de calculer la dose à donner en fonction du poids de la chatte, sachant que pour un homme la posologie était officiellement de 3 comprimés 3 fois par jour. La maman ne se cassa pas la tête : elle acheta l’Extranase sans trop y croire et donna 3 comprimés à la chatte. C’était 24 heures avant l’opération. La chatte avait en fait ingurgité 10 fois la dose en rapport avec son poids. A l’opération, le lendemain, il apparut que la tumeur moyenne avait disparue complètement et que dans la grosse tumeur, il n’y avait plus que de l’eau. Depuis la minette est en très bonne santé».

Une astucieuse déduction

Suite à cette expérience de, Monsieur Pierre L. en vint à penser que si l’Extranase n’avait pas habituellement d’effets plus déterminants sur le cancer, c’est que le médicament était très sous-dosé.

À cette époque nous avions donc calculé que la dose d’attaque d’Extranase pouvait être sans risque (sauf allergie connue) de 1 comprimé par kilo, qu’il s’agisse d’un humain ou d’un animal. Cela représentait tout de même environ 75 comprimés... presque une boîte entière ! Pour une tumeur jeune, cette dose unique pouvait suffire, mais, il fallait souvent continuer plusieurs jours à demi-dose (soit 1 comprimé pour 2 kg) le temps nécessaire pour que la tumeur disparaisse, cancéreuse ou non. Autre inconviénient, les comprimés d'Extranase continennent du dioxyde de titane.

Or il existe maintenant de la bromélaïne gastrorésistante dosée soit à 200 mg (vous en trouverez ici) soit à 400 mg (ici). Chaque gélule équivalant à 13 Extranases (200 mg) ou 26 Extranases (400 mg). Il faut impérativement que ces gélules soient gastro-résistantes afin d'éviter que l’estomac utilise les enzymes de la bromélaïne pour la digestion. Mais, à cette seule condition, le traitement devenait d'une simplicité absolue.

Le vieux chien des voisins

La pauvre bête avait une tumeur de 7 cm d’épaisseur et ses maîtres ne voulaient pas le soigner vu son âge. Monsieur Pierre parvint à les convaincre de lui donner de l’Extranase ainsi qu’indiqué plus haut. Dix jours après, les grosseurs avaient totalement disparu. Le chien mordillait la peau détendue et il en sortait de l’eau. Depuis, aucune trace de tumeur n’est réapparue.

La bromélaïne - 1

Des confirmations scientifiques officieusement reconnues

La mise à jour de la fiche bromélaïne effectuée par les chercheurs Pierre Lefrançois et Françoise Reily - et revue le 23 août 2004 par Jean Yves Dionne - stipule que, bien que l’on ait obtenu des résultats thérapeutiques positifs en utilisant des doses conventionnelles relativement faibles (160 mg/jour), on a observé des effets plus positifs lorsque le dosage quotidien se situe entre 500 mg et 2000 mg, le tout réparti en 3 ou 4 prises. En fait, des études effectuées sur des rats ont montré qu’il fallait atteindre 5 g par kg pour que les reins donnent des signes de fatigue, ce qui représente, pour un humain de 60 kg, 300 g de bromélaïne.

En ce qui concerne le cancer, l’auteur d’une synthèse publiée en 2001 souligne que des résultats d’études pré-cliniques et pharmacologiques permettent de recommander la bromélaïne par voie orale comme traitement complémentaire dans les cas de tumeurs.

Mais, il apparaît que les résultats des expériences cliniques menées sur 6 mois à 2 ans, bien que positifs sur le plan de réduction des tumeurs et des métastases ainsi que de l’augmentation des défenses immunitaires, n’ont pas été massifs en raison des dosages très insuffisants prudemment préconisés.

Comment les cellules cancérisées se défendent

Parmi les globules blancs, il existe une sorte de leucocytes tueurs nommés les NK (Natural Killers) qui ont pour mission d’injecter dans les cellules cancéreuses une substance toxique mortelle : la tumostérone – un dérivé de la vitamine D2. Afin de se protéger de ces attaques, les cellules cancéreuses s’entourent d’une substance mucoïde spéciale. Pour pouvoir rendre l’accès libre aux NK, il faut d’abord dissoudre ce mucus. C’est justement ce qu’est capable d’effectuer la bromélaïne. Le résultat est tellement rapide lorsque les doses sont suffisantes, que l’on peut penser à un miracle.

Mais attention aux produits laitiers ! Ils contrarient l’effet de la bromélaïne pour deux raisons : ils renforcent la couche mucoïde des cellules cancéreuses et ils contiennent des hormones de croissance cellulaire rapide (le lait est fait pour les bébés qui doivent grandir vite). Lorsque l’on parle de produits laitiers, il s’agit de tous les produits laitiers sans exception, y compris tout aliment confectionné avec l’un quelconque des dérivés de laitages (et ce n’est pas facile d’y échapper) car, par exemple, 95% des desserts sont à base de produits laitiers.

Dangers du cartilage de requin

Il est connu que les cellules cancéreuses sont des cellules déprogrammées et réinitialisées à l’état de cellules embryonnaires à reproduction rapide. Elles ont donc besoins d’un réseau capillaire important pour acheminer les « vivres ». Cela s’appelle des formations angiogéniques. Les chercheurs, en fins stratèges, ont cherché des moyens pour justement couper ces ponts spéciaux de ravitaillement en introduisant des substances anti-angiogéniques qui les dessèchent en quelque sorte. C’est exactement ce que fait le cartilage de requin, mais aussi ce que visent certaines «chimios» dans la composition de leurs cocktails.

Le problème dramatique est que, une fois ces angiomes tumoraux desséchés, il n’y a plus de voie d’accès pour agir sur les cellules cancéreuses.

Pour cette raison, hélas, la thérapie par la bromélaïne risque fort d’aboutir sur un échec si l’on n’attend pas 8 semaines après une prise de cartilage de requin ou d’une chimio anti-angiogénique. Encore faut-il avoir le temps d’attendre dans la course à la maladie.

Ainsi, Monsieur Pierre, ayant voulu prendre en compte un chien nommé Tagadou atteint d’un cancer avancé, n’a pu le sauver malgré une prise de bromélaïne à haute dose. Trois semaines plus tôt, Tagadou avait été traité à l’extrait de cartilage de requin. Depuis j’ai appris par trois dames dont le mari est mort d’un cancer malgré tous les traitements tentés, qu’ils avaient tous été traités, à un moment donné, avec du cartilage de requin.

La bromélaïne - 1

Pourquoi y ajouter de la vitamine C ?

Pourquoi le traitement était-il si performant chez les animaux, avec des doses moindres ? Je me suis longtemps posé la question jusqu'à ce que je comprenne que contrairement aux animaux, les humains n’ont – parait-il – pas la faculté de fabriquer quotidiennement de la vitamine C fraîche, à hauteur de 10 g (ramené au poids moyen de l’humain). Ceci explique sans doute les résultats souvent plus spectaculaires chez les animaux, car la vitamine C potentialise l’effet de la bromélaïne (et de la plupart des traitements en général comme l'ont prouvé les travaux de Linus Pauling, double prix Nobel de chimie et de médecine).

Mais attention, il y a au départ deux sortes de vitamine C :

  • La vitamine C naturelle (ex : acérola) : la dose maxi journalière ne doit pas dépasser 5 à 6 g (risques de troubles digestifs et de ballonnements).
  • La vitamine C de synthèse : le procédé de fabrication est très simple à partir de glucose, comme font les animaux. Si elle est purifiée, tamponnée à pH7 et associée à de la lysine, il y a une excellente tolérance qui peut permettre de monter les doses à 50 g par jour dans certains cas. Dommage que cette forme allotropique n’ait pas sa géométrie moléculaire fidèle au schéma de la molécule naturelle…rien n’est parfait !

Mais il y a mieux maintenant :
La vitamine C liposo
male à propos de laquelle j’ai écrit cet article il y a peu de temps. Cette formule micro-enrobée par ultrasons dans de l’huile lui confère un rendement et une pénétration cellulaire exceptionnels. Rappel : 5 g de vit C liposomale = 50 g de vit C de synthèse ou (Vitascorbol) en intraveineuse. Vous en trouverez ici

La dose standart est de 1 cuillère à café par jour (= 1000 mg qui génère l’équivalent de 10 g de vit C). Toutefois, l’on sait que ce besoin quotidien peut doubler ou tripler durant des pathologies ou du stress. Donc le dosage standard peut être augmenté à la demande.

La bromélaïne - 1

Et pourquoi du Lapacho ?

Le Lapacho ou arbre sacré des Incas, pousse entre le Mexique et le Nord de l'Argentine. C’est un antibiotique, antifongique, stimulant immunitaire, anti-inflammatoire, antiseptique, tonifiant et aussi... un anti-tumoral reconnu de longue date.

Formule gélules
1 gélule / 3kg par jour, en 3 prises - ex : pour 60 kg : 3 fois 7 gélules par jour
Vous en trouverez ici

Formule tisane (décoction économique)
12-15 g pour un litre d'eau – bouillir 10 min – boire 3 tasses par jour (chaud ou froid) -
On l'achète par sachets de 200 g ici.

Contre-indication :
Ayant des vertus anticoagulantes, le lapacho est contre-indiqué en cas d'hémophilie ; pour les gens soignés par des anticoagulants (anti vitamine K, aspirine, héparine, etc.), faisant double emploi, il conviendrait de supprimer provisoirement ces médicaments.

Association bromélaïne GR + Vit C liposomale + Lapacho

En résumé, pour se débarrasser d'une tumeur on peut prendre de la bromélaïne GR seule, l'associer avec de la vitamine C ou avec du Lapacho, mais l’association bromélaïne GR + Lapacho + Vit C liposomale est certainement le mélange le plus performant de tous.

Synthèse posologie

Bromélaïne GR : 2 gélules par jour
Lapacho : 3 fois 7 gélules par jour ou 3 tasses de tisane
Vitamine C liposomale : 1 à 2 cuillère à café par jour

Nota : Habituellement, les résorptions de tumeurs sont très rapides. Mais en médecine rien n’est universel, et même en médecine naturelle, le 100% de réussite n’existe pas. En cas d’échec, inutile de persister au-delà de 3 semaines.

Michel Dogna

Publié dans « Alternative Santé »

L’article ci-dessus est tout d'abord paru en avant première sur l'excellent site de Michel Dogna. N'hésitez pas à y faire un tour: une mine d'infos précieuses!

Voir les commentaires

Published by Martine - - Médication Naturelle

Perso: encore un article qui m'a l'air très sérieux

LA BROMELASE OU BROMELAÏNE
SES PROPRIETES ET ACTIONS THERAPEUTIQU
ES
L’enzyme Bromélase (ou Bromelaïne) a connue ces dernières années une importance croissante, notamment pour ses propriétés anti-inflammatoires et digestives, mais également pour son action reconnue de « ramoneuse des vaisseaux sanguins » ainsi que son action anti-tumorale. L'article que nous vous présentons est issu pour sa plus grande partie de la monographie signée par J.F. Dauphin (Master en Sciences Chimiques et Biochimiques, 2006)

LA PLANTE
L'ananas (Ananas comosus) fait partie de la famille des broméliacées. Cette plante est reconnaissable à son fruit particulier qui résulte de l'agrégat des baies de l'inflorescence et de bractées devenues charnues. Elle atteint une taille comprise entre 60 et 120 cm. L'ananas ne produit pas de graines mais est cultivé par transplantation de la couronne de feuilles terminales. Son utilisation dans le cadre des régimes amaigrissants est sans doute liée à la présence de son enzyme totale la Bromélase.

L'HISTOIRE
L'ananas est une plante épiphyte originaire de l'Amérique Centrale. Il a vraisemblablement été importé à Hawaï au 19ème siècle. Il fut ensuite cultivé dans toutes les régions tropicales du monde. Sa culture à Hawaï a périclité dans les dernières années, suite à l'augmentation des coûts salariaux et est désormais concentrée en Amérique du Sud et dans les Philippines.
A côté des usages culinaires bien connus (fruits de tables, jus, sirop et confiseries), l'Ananas a été utilisé par la médecine traditionnelle des indiens pour le traitement de troubles aussi divers que la constipation ou la jaunisse.

COMPOSITION
Le fruit contient beaucoup de sucres solubles (mono et disaccharides), d'acides organiques tels l'acide citrique (jusqu'à 8 %) et l'acide malique. La teneur en vitamine C est cependant basse et dépend du "cultivar".
Le résidu après extraction du jus est riche en caroténoïdes et en un complexe enzymatique : la Bromélaïne. L'extraction peut également s'effectuer à partir de la tige et des feuilles.
La Bromélaïne est une protéase comportant des groupements Thiols qui est activée par les réducteurs (tel la Vitamine C) et inhibée par oxydants et les métaux.
:

ACTIVITE :
L'activité de l'enzyme est déterminée avec différents substrats tels que la caséine et la gélatine. Les différentes unités sont convertibles entre elle suivant la formule:
1 gramme de Bromélaïne à 2000 GDU = 4000 unités F.I.P. = 1,5 gramme à 2500 MCU = 16 grammes à 100.000 UR/g = 83350 nK.
Les solutions de Bromélaïne se détériorent relativement rapidement par auto-digestion. L'addition de sérum contenant des a 2-macroglobulines permet de bloquer cette auto-digestion.
L'utilisation de différentes méthodes d'analyse et de séparation combinées à permis d'isoler différentes protéases de l'extrait brut.
Ces dernières ont des comportements chimiques variés, (la Bromélaïne du fruit est acide alors que celles des tiges sont basiques), avec des activités protéasiques variées, allant de l'hydrolyse d'oligopeptides à celle de substrats de haut poids moléculaire comme l'albumine, la caséine ou l'angiotensine.
C'est à partir de 1957 qu'elle a été utilisée comme agent thérapeutique quand Heinicke l'a découverte dans la tige d'ananas.

PROPRIETES PHARMACOLOGIQUES DE LA BROMELAÏNE

LA BROMELAÏNE PREVIENT LA FORMATION DES OEDEMES, REDUIT LES OEDEMES EXISTANTS ET AUGMENTE LA PERMEABILITE TISSULAIRE
Plusieurs équipes ont fourni des preuves significatives de l'efficacité à la fois préventive et curative de la Bromélaïne vis à vis des oedèmes provoqués dans différents modèles animaux. Les travaux de C. Netti ( Anti-anflammatory action of proteolytic enzymes ) sont particulièrement intéressants qui comparent l'action de la Bromélaïne à celle de la Papaïne.
En effet, dans deux modèles d'oedèmes, (carragénine et dextran), la Bromélaïne montre une activité significative (41 à 45 % de diminution) alors que la Papaïne ne montre aucun résultat.
De plus, la Bromélaïne a montré une efficacité supérieure à l'indométhacine, l'acide acétylsalicylique, l'escine, la phénylbutazone....
De même, la Bromélaïne, appliquée de manière intra péritonéale ou orale, a démontré sa capacité à réduire d'autres modèles d'oedèmes (induits par le tissu de coton, l'huile de croton...)
On peut donc en conclure que la Bromélaïne augmente la perméabilité tissulaire par une fibrinolyse (dissolution de la fibre) et permet la résorption du fluide de l'oedème dans la circulation sanguine générale.
Ainsi, l'administration simultanée de Bromélaïne et d'antibiotiques, d'huiles essentielles ou de teintures mères résulte en une augmentation de la perméabilité tissulaire ainsi qu’une diffusion améliorée.
R.A. Neubauer (A plant protease for potentiation of and possible replacements of antibiotics) a ainsi évalué la thérapie combinée antibiotiques et Bromélaïne sur 53 patients hospitalisés pour pneumonie, bronchite, infections à staphylocoques, thrombophlébites, pyélonéphrites et abcès rectaux. Vingt-trois de ces patients étaient réfractaires à une antibiothérapie antérieure; et vingt-deux ont répondu favorablement au traitement combiné (antibiotiques et Bromelase).
Dans tous les cas, l'état général était amélioré, ce qui n'était pas le cas lors de la monothérapie antibiotique.
Une étude clinique en double aveugle sur des patients présentant des sinusites aiguës a montré une inhibition complète de l'inflammation de la muqueuse nasale chez 82 % des patients contre 52 % dans le groupe placebo.

LA BROMELAÏNE MODIFIE LA COAGULATION SANGUINE ET LA FIBRINOLYSE
Les données sur la réduction des oedèmes par la Bromélaïne suggèrent qu'elle prend part aux processus hémostatiques comme la prolongation du temps de prothrombine ou la diminution de la concentration sanguine du fibrinogène.
Dans un modèle inflammatoire animal, la Bromélaïne augmente l'activité fibrinolytique de manière dose dépendante.
Dans une autre étude, le temps de prothrombine est augmenté par l'administration de Bromélaïne alors que l'agrégation des plaquettes induites par l'A.D.P. est diminuée.
Tous ces effets sont dépendants de la dose administrée et clairement reliés à l'activité protéolytique puisqu'une inactivation de l'enzyme les fait disparaître.

LA BROMELAÏNE PREVIENT L'AGREGATION PLAQUETTAIRE
L'agrégation plaquettaire est une des premières étapes du processus de coagulation et des thromboses.
L'administration orale de la Bromélaïne à des personnes saines, présentant des taux plaquettaires élevés a significativement diminué l'agrégation plaquettaire induite par l'ADP. L'agrégation et l'adhésion des plaquettes aux cellules endothéliales ont été étudiée récemment en détail.
Quand les plaquettes sont incubées avec la Bromélaïne avant l'activation par la thrombine, l'agrégation est totalement inhibée. (La Papaïne est nettement moins efficace.)
In Vitro, la Bromélaïne réduit en outre l'adhésion de plaquettes activées par la thrombine sur les cellules endothéliales d'aorte bovine. In Vivo, elle diminue la formation des thrombi dans les artérioles mésentériques de près de 11 % et dans les veinules de près de 6 %.

La bromélaïne - 4

EFFET DE LA BROMELAÏNE SUR LA CROISSANCE TUMORALE
Premières observations sur les effets de la Bromélaïne sur les patients cancéreux
Les premiers rapports concernant les effets bénéfiques de l'administration orale de Bromélaïne à des patients cancéreux datent de 1972.(G. Gerard : Anti-cancer treatment with bromelain ; HA Nieper : A program for the treatment of cancer ; Taussig : Inhibition of tumor growth in vitro by bromelain)
Des traitements avec des doses relativement élevées pendant plusieurs mois ont fait apparaître des rémissions de tumeurs malignes avec des effets secondaires tout à fait négligeables. Ces rapports doivent être considérés comme des études de cas.
Inhibition de la croissance de tumeurs cancéreuses in vitro
In vitro, la Bromélaïne inhibe la croissance des tumeurs cancéreuses. Cette inhibition ne peut être cependant reliée ni à l'activité protéolytique, ni à l'activité peroxydasique. Cette activité fut confirmée par Garbin et Grabowska (Effect of oral bromelain on the impaired immunotoxicity of mononuclear cells from breast cancer patients). La démonstration que la Bromélaïne puisse induire la différenciation de cellules leucémiques in vitro fut apportée par Maurer :
(Maurer : Use of bromelain for inhibiting blood coagulation) qui proposa ce phénomène comme origine de l'induction de l'apoptose des cellules ( c’est-à-dire qui donnent un signal de destruction aux cellules malignes ).
Relation entre le risque de thromboses et le risque de métastases
Une association entre le risque de thromboembolie et le cancer a été reconnu depuis plus d'un siècle. Les patients avec des cancers présentant ou non des signes cliniques ont un risque accru de faire une thromboembolie.
Le mécanisme cellulaire est maintenant connu : par contact avec les plaquettes, les cellules tumorales sécrètent une série de facteurs tels le facteur de croissance dérivé des plaquettes (P.D.G.F.), la thrombine, des prostaglandines, ... qui induisent l'agrégation plaquettaire. Elles peuvent également endommager la paroi vasculaire, ce qui provoque la congestion de celle-ci avec formation d'un clou plaquettaire et stimulent de ce fait l'ancrage de la cellule tumorale en métastase.
L'administration de Bromélaïne par voie orale diminue fortement les métastases de différents cancers chez l'animal d'expérience. La Bromélaïne diminue la capacité de ces cellules à migrer à travers une couche matricielle extracellulaire et bloque in vitro la croissance des cellules tumorales.
La Bromélaïne clive les protéines CD44 des cellules tumorales ; ces protéines sont des molécules d'adhésion qui permettent l'amarrage de la cellule à la paroi du vaisseau. Les cellules "métastasées" portent le récepteur d'une urokinase activant le plasminogène, qui se transforme en plasmine : cette dernière dégrade la matrice extracellulaire.
Les cellules tumorales sécrètent aussi de métalloprotéines qui leur permettent d'envahir la matrice.
En réduisant l'expression de ce récepteur, la Bromélaïne inhibe l'invasion du tissu par la cellule métastasée.
La Bromélaïne module les fonctions des cellules immunitaires
La Bromélaïne (ainsi que la Papaïne) provoque, in vitro mais également par administration orale, la production en grandes quantités de cytokines qui induisent l'attaque des cellules tumorales. (Les cytokines sont des substances solubles de communication synthétisées par les cellules du système immunitaire ou par d'autres cellules et/ou tissus, agissant à distance sur d'autres cellules pour en réguler l'activité et la fonction.
De plus, les granulocytes (type de globules blancs) réagissent à son action en formant des espèces activées de l'oxygène, également dénommées radicaux libres.
Dans une étude comprenant un petit effectif de donneurs sains et de patients présentant une tumeur mammaire, la Bromélaïne, donnée oralement (3000 unités FIP par jour pendant 10 jours) double la capacité des monocytes sanguins des donneurs à tué les cellules tumorales in vitro. (Monocyte : variété de globule blanc.)

PHARMACOCINETIQUE DE LA BROMELAINE
On peut considérer la pharmacocinétique comme l'étude du devenir du médicament dans l'organisme ou encore comme l'étude de l'influence de l'organisme sur le médicament. L'organisme peut réagir vis-à-vis de la molécule qui lui a été administrée en limitant son absorption, en l'inactivant et en l'éliminant par voie rénale, digestive ou pulmonaire.
L'administration orale de la Bromélaïne à l'animal d'expérience a pour conséquence une augmentation des niveaux de plasmine (enzyme capable de détruire une protéine) et des temps de prothrombine (test sanguin de la coagulation sanguine) et d'antithrombine.
Près de 40 % de Bromélaïne marquée à l'Iode 125, est absorbée dans l'intestin sous forme hydrolysée. Les protéinases similaires à la Bromélaïne sont rapidement complexées par des antiprotéases. Dans tous les cas, la molécule protectrice laisse l'activité protéolytique mais cette dernière est diminuée. La demi-vie est de 6 à 9 heures.

Indications de la Bromelaïne
Il existe plusieurs raisons sérieuses pour conseiller une supplémentation en Bromélaïne par voie orale et ce dans différents états pathologiques :
- Elle inhibe l'agrégation plaquettaire et module favorablement la synthèse des prostaglandines et minimise le risque d'athérosclérose;
- Elle agit pendant tout le temps de la supplémentation sans signe de développement de tolérance.
- Elle améliore l'efficacité de plusieurs antibiotiques tel que l'amoxyciline et les tétracyclines.
- Elle hydrolise (dissout) les molécules d'adhésion (CD44) des cellules tumorales réduisant de ce fait la fréquence des métastases ; elle augmente le pouvoir destructeur des monocytes vis à vis des cellules tumorales.
- Par augmentation de la perméabilité tissulaire, elle aide à résorber les oedèmes provoqués par les traumatismes.

De ce fait, il semblera utile de prescrire la Bromelase dans les cas suivants :
- Cancer et terrain cancérinique
- Rhumatisme et pathologies inflammatoires
- Rétention d'eau, oedèmes et amas graisseux
- Taux plaquettaire important, cholestérolémie

Toxicité aiguë
Des doses orales jusqu'à 10 g/Kg n'ont pas permis de déterminer une DL 50. Par voie intrapéritonéale, la DL 50 est de 37 mg/kg chez la souris et de 85 mg/kg chez le rat.
Aucune réaction toxique immédiate n'a pu être constatée.
Les doses administrées sont largement supérieures (100 fois) à celles données habituellement à l'être humain.
Toxicité chronique
La Bromélaïne administrée à la dose de 500 mg/kg par voie orale ne provoque aucune altération dans la prise de nourriture, la croissance, l'histologie cardiaque, rénale ou de la rate.
Sécurité d'emploi :
La Bromélaïne est considérée comme non toxique et sans effets secondaires à l'exception de réactions allergiques très rares. Elle peut être utilisée à des doses allant de 300 à 5000 mg pendant de longues périodes sur des pathologies le justifiant.
Les effets thérapeutiques commencent à 160 mg/jour, mais les résultats les meilleurs sont obtenus avec une dose minimale de 750 mg/jour à prendre une heure avant les repas.

La bromélaïne - 4

Conclusion
Bien que des études cliniques complémentaires sur le rôle de la Bromélaïne dans les états cancéreux soient les bienvenues et surtout vu la toxicité extrêmement faible de cette molécule, il nous semble judicieux de conseiller son administration, au moins à titre de traitement adjuvant dans les différents cas cités.

Voir les commentaires

Published by Martine - - Médication Naturelle

MAEVIE

MAEVIE ou Martine A l' Ecole de la VIE. Ce blog s'adresse aux personnes ayant ou ayant eu un cancer. Je me suis dit qu'il serait dommage de ne pas partager toutes ces infos que j'ai pu recueillir dans le but de mettre toutes les chances de mon côté pour guérir. Ces infos peuvent être utiles aux malades mais aussi pour éviter les récidives, à titre préventif, ou tout simplement pour une meilleure qualité de vie physique et mentale. Je ne dis pas que ces articles sont la vérité: chacun se fera sa propre idée.

Hébergé par Overblog