Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MAEVIE

Un jour, vous n'existerez plus…

Chère lectrice, cher lecteur,

Je me suis encore réveillé ce matin avec mal au genou.

Ma blessure date d'une randonnée il y a quinze jours avec de nouvelles chaussures, et la douleur persiste.

Enfin, grâce à mon remède spécial tendinite (huiles essentielles de romarin, de basilic exotique et d'eucalyptus citronné, diluées dans de l'huile de bourrache), ça va de mieux en mieux.

Surtout que j'avais tout de suite appliqué une crème arnica-harpagophytum, et que je prends des infusions de prêle et d'ortie.

La grosse Berta des remèdes naturels antidouleur, donc.

Le bonheur… oui, mais c’est quoi ?

Mais il n'empêche. J'aurais guéri en 48 heures de la même chose il y 30 ans. D'ailleurs, je ne me souviens pas m'être jamais blessé juste à cause de chaussures neuves, qui étaient pourtant plus rigides et lourdes à l'époque.

C'est le philosophe Gaston Bachelard qui aurait dit : « Le bonheur est la présence à l'instant ».

Oui, mais quand on vieillit, on a de plus en plus de risques de souffrir quelque part, ou même à plusieurs endroits, et ça gâche fortement le plaisir de « l'instant présent » !

Selon une étude qui vient de paraître dans la revue médicale The Lancet, le vieillissement de la population entraîne une hausse spectaculaire de maladies : sur l'année 2013, 95 % des êtres humains ont eu au moins un problème de santé, et un tiers auraient eu cinq maladies ou plus [1] !!

Et c'est vrai : à partir d'un certain âge, qui n'a pas mal au dos, aux articulations, qui ne perd pas la vue, l'ouïe, la mémoire, qui n'a ni problème de sommeil, ni maladie du cœur, ni problème de prostate, de peau, de cheveux qui tombent ou d'os qui cassent ?

D'ailleurs, quand je repense à mon année 2013, je peux vous dire que j'ai passé un certain nombre de jours à l'hôpital (pour des proches) et même… au cimetière.

Eh oui, ça aussi, c'est une réalité. Quand vous vieillissez, vous êtes de plus en plus seul. Les gens que vous aimez partent, les uns après les autres…

Mais puisque nous ne pouvons rien y faire (en attendant que les gens de Google trouvent le moyen de nous guérir de toutes les maladies et de nous rendre immortels), le plus sage est de trouver le moyen d'être heureux malgré tout ça.


Le problème de la douleur

Mettons-nous dans la peau d'une personne qui souffre, alors qu'elle a tout essayé, moyens conventionnels comme moyens naturels. Elle sait maintenant qu'elle ne va plus trouver aucune solution.

Le meilleur moyen de vivre malgré tout, selon les témoignages que j'ai recueillis au long des années, c'est d'admettre cette douleur comme une compagne, qui désormais vit avec vous, partage vos jours et vos nuits, que vous le vouliez ou non.

Vous pouvez lui parler, et même lui donner un nom. Elle est avec vous comme une amie fidèle. Il faut essayer de ne pas la détester, parce qu'on se rend malheureux à haïr quelqu'un avec qui l’on est obligé de vivre.

Mais ce qui est beau, c'est qu'on peut découvrir que cette compagne a en fait des choses à nous dire. Beaucoup de choses très belles à nous enseigner.

Elle peut nous aider à faire des changements sur nous-même dont nous savions qu'ils étaient nécessaires, mais que nous n'avons jamais eu le temps de faire lorsque tout allait bien.

Elle peut nous aider à remettre de l'ordre dans nos priorités. Nous permettre de distinguer ce qui est important de ce qui est futile, ce qui est bon de ce qui est mauvais, ce qui est beau de ce qui est laid.

La douleur nous débarrasse de beaucoup des petitesses qui sont en nous. Elle nous aide à porter un regard plus aimant et compréhensif sur nos frères humains dont beaucoup sont eux aussi accablés.

Elle nous empêche souvent d'agir et, c'est ce qu'il y a de pire, d'aider comme nous le voudrions les personnes que nous aimons. Mais si nous interrogeons en vérité nos proches, nous nous rendons compte que, bien souvent, ce qu'ils attendent de nous ce n’est pas d'abord des actions mais de bonnes pensées, des intentions bienveillantes, de porter sur eux un regard d'amour. C'est ce qui manque le plus dans notre monde. C'est ce dont ont soif tant d'enfants mal aimés, tant d'adolescents incompris, tant de jeunes adultes déboussolés.

« Ma douleur, ma maîtresse », dans le sens (négatif) de quelqu'un qui me domine, bien sûr, plus que je ne le voudrais, mais aussi dans le sens de la maîtresse qui m'enseigne la sagesse, qui m'aide à grandir…

Or, être heureux, ce n'est pas autre chose que la conscience d'être sur un chemin qui me mène à mieux comprendre le monde, mieux comprendre ma vie, mieux aimer les autres.

Ils ont « tout pour être heureux », mais…

Il y a aussi un aspect très important de la psychologie humaine, dont il faut prendre conscience pour se débarrasser de peurs qui n'ont pas lieu d'être.

Notre niveau de bonheur dépend beaucoup moins des circonstances de notre vie que nous ne l'imaginons souvent. En fait, les psychologues se sont aperçus que les gens ont une sorte de « niveau de bonheur » qui revient toujours vers la même moyenne. Ainsi, une personne est convaincue qu'elle sera définitivement heureuse le jour où elle obtiendra ceci ou cela (le diplôme, la maison, la promotion de ses rêves…). Le jour où cela se produit, elle est au septième ciel. Mais, après quelques semaines, quelques mois, elle s'habitue, et revient grosso modo à son niveau de bonheur de départ.

Et la chose marche en sens inverse : une personne subit un grand malheur. Sur le coup, elle sent sa vie s'effondrer, elle est convaincue qu'elle ne s'en remettra jamais. Mais après quelques semaines ou mois, elle s'habitue inconsciemment à sa nouvelle condition et, peu à peu, elle revient elle aussi vers sa « moyenne » de bonheur.

Sauf exceptions, ce qui procure le sentiment d'être heureux ou malheureux n'est pas un état donné dans nos vies, mais les changements dans un sens ou dans l'autre.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, on a des témoignages de tétraplégiques, des personnes qui ne peuvent plus remuer la moindre partie de leur corps, qui manifestent beaucoup plus de joie de vivre que des personnes qui ont « tout pour être heureuses ». Là où les uns prennent tout pour acquis (par exemple, le fait de pouvoir bouger les bras pour manger) et ne pensent absolument pas à se réjouir, le tétraplégique, lui, pourra éprouver un réel sentiment de bonheur en parvenant à faire une chose très simple mais qu'il croyait impossible pour lui-même.

C'est ainsi que la vie d'une personne qui souffre peut malgré tout être jalonnée de petites victoires qui lui procurent un réel sentiment d'accomplissement, et donc de joie.

Être heureux malgré la mort qui approche

En vieillissant on ne peut s'empêcher de penser à la mort qui approche et, au début, vous la voyez comme un voleur haïssable, qui vient vous priver du temps dont vous aviez besoin pour atteindre vos buts, accomplir vos projets, des moments mérités que vous attendiez depuis si longtemps.

Il y a tant à faire : des voyages, des livres à écrire, peindre, consacrer à ses proches le temps que l'on n'a pas eu le temps de leur donner.

Quand on est jeune, la peur de la mort peut être forte mais notre psychisme « supprime » cette pensée, trop angoissante. Autrement dit, nous sommes dans le déni de la mort pour pouvoir vivre pleinement l'instant présent.

Mais en vieillissant, vous arrivez forcément à la croisée des chemins, au jour où vous devez choisir entre continuer sciemment à nier votre mort qui approche pour continuer à vivre comme si de rien n'était, ou alors apprendre à accepter ce moment qui nous attend tous, et l'attendre avec un maximum de sérénité.

Je pense que l'on peut faire les deux.

Continuer à vivre pleinement, y compris en se fixant des objectifs de long terme, tout en laissant progressivement la réalité de la mort prendre sa place dans notre psyché (esprit).

C'est le moyen de continuer à être heureux malgré la mort qui approche : prendre pleinement conscience de notre état de mortel, tout en évitant que cette pensée ne nous obsède, nous paralyse, car c'est en restant actif et toujours « en chemin » que l'on atteint le bonheur.

Un jour, vous n'existerez plus...
Quatre choses à faire pour apprendre à « voir » la mort

Voici quatre choses que vous pouvez faire aujourd'hui pour vous mettre dans cette voie :

  1. Prenez 15 minutes de solitude pour penser à la mort.
  2. Allez vous promener. Trouvez un endroit calme. Respirez doucement. Regardez autour de vous. Reconnaissez qu’un jour vous n'existerez plus. Vous ne serez plus là pour respirer l'air frais, sentir le soleil sur votre peau, entendre les bruits de la nature et des activités, et voir les belles choses autour de vous. Vous ne serez plus là pour entendre le soupir de la personne que vous aimez, la voix de vos enfants, et le rire de votre meilleur ami.

    Essayez de former dans votre esprit, aussi clairement que possible, l'idée de votre propre mort. Essayez d'arrêter, ne serait-ce que pour quelques instants, cet aspect fondamental du fonctionnement de notre conscience : le déni de la mort.

    Quand vous y êtes, passez à l'étape suivante :
  3. Imaginez votre propre enterrement. Visualisez quatre personnes qui parlent de vous. Votre conjoint. Puis un enfant, un parent. Puis un ami. Le quatrième est une personne impliquée dans votre carrière. Imaginez ce qu'elles diraient si vous mourriez demain. Soyez honnête.
  4. S'il y a une différence entre ce que vous pensez que ces quatre personnes vont dire, et ce que vous aimeriez qu'elles disent, vous avez du travail à entreprendre maintenant.

    Utilisez ce que vous aimeriez qu'elles disent pour vous fixer des objectifs. Ecrivez-les précieusement dans un cahier. Idéalement, vos objectifs devraient couvrir les principaux domaines de votre vie, à savoir votre mode de vie (alimentation, santé, sport), vos relations familiales/amicales/sociales, vos objectifs personnels (artistiques, intellectuels, culturels, spirituels), vos objectifs professionnels ou associatifs si vous êtes actif ou retraité-actif.

    Etablissez vos objectifs à un horizon de sept ans, et divisez-les en objectifs intermédiaires à atteindre chaque année.
  5. Prenez l'engagement avec vous-même de respecter le temps que vous avez. Cela veut dire d'adapter votre vie pour donner la priorité à vos buts principaux tout en gardant du temps pour d'autres objectifs importants mais non essentiels de votre vie.

Pour faire en sorte d'atteindre vos buts principaux, vous devez leur donner la première place dans votre emploi du temps, ce qui veut en général dire d'y travailler le matin, avant de vous lancer dans vos obligations. N'imaginez pas que vous pouvez laisser vos buts essentiels de côté, pour y travailler « plus tard », dans un avenir indéfini.

Utilisez votre capacité nouvellement acquise à vous représenter votre mort pour vous motiver et vous donner un sentiment d'urgence. Faites d'abord les choses les plus importantes.

Je m'aperçois que j'ai écrit « vous » un peu partout mais je pensais « je ». Il faut que je fasse tout cela et je vais commencer immédiatement.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis (Santé Nature Innovation)

Published by Martine - - La question de la mort

commentaires

diaz 14/01/2017 09:56

bonjour,
merci pour vos infos mais ou peut-on obtenir ces isotherapies.merci

MAEVIE

MAEVIE ou Martine A l' Ecole de la VIE. Ce blog s'adresse aux personnes ayant ou ayant eu un cancer. Je me suis dit qu'il serait dommage de ne pas partager toutes ces infos que j'ai pu recueillir dans le but de mettre toutes les chances de mon côté pour guérir. Ces infos peuvent être utiles aux malades mais aussi pour éviter les récidives, à titre préventif, ou tout simplement pour une meilleure qualité de vie physique et mentale. Je ne dis pas que ces articles sont la vérité: chacun se fera sa propre idée.

Hébergé par Overblog