Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MAEVIE

Le sport: complément thérapeutique

Le sport pour réduire le risque de premier cancer ou de récidive

Mots clés : cancer, sport

Par damien Mascret - le 06/02/2015

Déjà utilisée en prévention des cancers, l'activité physique régulière et intense, diminue également la fatigue et le risque de rechute des malades.

Ce n'est pas un hasard si une session entière du 26e congrès international sur les traitements anticancéreux (ICACT) qui réunit la fine fleur de la cancérologie internationale, était consacrée, le 5 février, aux «Activités physiques en cancérologie et hématologie».

C'est même la quatrième fois que la Fédération Cami Sport et Santé, une association loi de 1901, est invitée par le président de l'ICACT, le Pr David Khayat, à organiser un colloque sur ce thème. Du sport contre le cancer, il faut bien reconnaître que l'idée est restée longtemps loin des préoccupations des spécialistes du cancer.

Ce qui a changé? La publication de résultats impressionnants dans les plus grandes revues médicales internationales. «On observe 40 à 50 % de rechutes en moins pour les patients atteints d'un cancer qui ont une activité physique régulière, intense, structurée. Et ça marche dans pratiquement tous les cancers », explique le Dr Thierry Bouillet, cancérologue et radiothérapeute au CHU Avicennes (93) et cofondateur de l'association Cami avec son ami le professeur de karaté, Jean-Marc Descotes.

Mais attention, encore faut-il trouver une activité physique suffisamment plaisante pour s'y consacrer régulièrement et avec une intensité suffisante. «D'un point de vue physiologique, la petite activité ne suffit pas, elle ne modifie ni la production de cytokines ni l'insulinorésistance », explique le Dr Bouillet. Car en effet, ces deux voies, inflammatoire avec les cytokines et métabolique via la résistance à l'insuline, jouent un rôle décisif pour expliquer le bénéfice de l'activité physique.

Les cytokines, d'abord. «Dans le cancer il y a inflammation importante qui s'accompagne de la sécrétion de cytokines, détaille le Dr Bouillet, ce qui entraîne de la fatigue au niveau du cerveau ». Cela explique d'ailleurs que le premier symptôme d'un cancer soit parfois la fatigue. «En faisant baisser les taux de cytokines dans le sang, l'exercice physique est ainsi efficace pour lutter contre la fatigue », souligne le cancérologue.

On explique également par ce mécanisme, pourquoi des malades de cancer restent longtemps très fatigués alors que d'autres retrouvent plus vite de l'énergie. «20 à 30 % des patients ont spontanément une sécrétion prolongée de cytokines », souligne le Dr Bouillet.

Enfin les cytokines participent à la destruction musculaire (sarcopénie) ce qui affaiblit les muscles et n'incite pas à faire davantage de sport, d'où l'intérêt de prendre les devants en faisant travailler ses muscles. Et la nécessité, en cas de cancer, d'y aller progressivement en adaptant les programmes à chaque patient. En Belgique, tout malade a d'ailleurs droit à 48 séances de sport par pathologie et par an en grande partie remboursées par le système de santé (le coût restant est d'environ 6 euros par séance). «En France une expertise scientifique est en cours », explique Julie Gaillot de Saintignon, chef de projet à l'Institut du cancer. Des propositions sont attendues autour de décembre 2015.

Le second mécanisme, l'insulinorésistance, est tout aussi ennuyeux puisque «l'insuline est un facteur de croissance des cellules cancéreuses », souligne l'oncologue. En réduisant l'insulinorésistance, l'activité physique agit en sens inverse ce qui explique les résultats spectaculaires en termes de diminution du risque de cancer et de récidive. Bien sûr, rien ne remplace les traitements mais le sport s'affirme comme un complément thérapeutique qui pourrait bien devenir indispensable, en plus du plaisir qu'il procure.

Published by Martine - - Sport

commentaires

MAEVIE

MAEVIE ou Martine A l' Ecole de la VIE. Ce blog s'adresse aux personnes ayant ou ayant eu un cancer. Je me suis dit qu'il serait dommage de ne pas partager toutes ces infos que j'ai pu recueillir dans le but de mettre toutes les chances de mon côté pour guérir. Ces infos peuvent être utiles aux malades mais aussi pour éviter les récidives, à titre préventif, ou tout simplement pour une meilleure qualité de vie physique et mentale. Je ne dis pas que ces articles sont la vérité: chacun se fera sa propre idée.

Hébergé par Overblog